Système d'Alerte Précoce du Mali

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Système d'Alerte Précoce du Mali

Synthèse par indicateur, Septembre-2014

Envoyer Imprimer PDF

Situation alimentaire, Pluviométrie/Crues, Déprédateurs, Campagne Agricole, Elevage, Pêche, Migrations, Réserves alimentaires, Santé et nutrition, Actions humanitaires,Faits exceptionnels

Situation alimentaire :

La situation alimentaire reste normale, dans le  centre et le  sud du pays grâce à la disponibilité de plus en plus croissante des récoltes de soudure  qui procurent de la nourriture mais aussi des revenus monétaires aux ménages. Elle est en amélioration  dans les régions du nord du pays grâce à l’amélioration de la production laitière, aux récoltes du riz de contre saison et des graminées sauvages. Les ventes subventionnées de l’OPAM et la poursuite des distributions de vivres par l’Etat et les agences humanitaires  contribuent de façon sensible à améliorer l’accès à la nourriture.
Ainsi, la fin du mois de septembre marque la fin de la soudure pour la grande majorité des 1.920 060 personnes (soit environ 11% de la population) du pays en phase de crise et d’urgence qui ont bénéficié et /ou bénéficient encore de  l’assistance alimentaires de l’Etat, du PAM, du CICR et de leurs partenaires. Le contexte actuel d’un état d’approvisionnement caractérisé par une disponibilité suffisante en céréales offertes à des prix en stabilité voire à la baisse et de bons termes d’échange bétail/céréales est également favorable à une situation alimentaire apaisée dans l’ensemble du pays.

Pluviométrie, Crues/décrues des fleuves : 
Après une installation précoce en mai dans la plupart du pays, les pluies au cours des mois de juin et juillet ont été caractérisées par leur faiblesse et leur mauvaise répartition dans le temps et dans l’espace à travers le pays. Des arrêts de pluies plus ou moins longs ont été observés en maints endroits et particulièrement dans les régions de Tombouctou, Gao et Mopti en partie. Une reprise pluviométrique a été constatée au mois d’août dans l’ensemble du pays.
En septembre, les hauteurs mensuelles, malgré une répartition peu satisfaisante par endroits, sont normales à excédentaire voire largement excédentaires dans les régions de Kayes (excepté Nioro), Koulikoro (sauf Kangaba, Kati), Sikasso, Ségou (sauf Ségou, Bla) et normale à déficitaires voire très déficitaires dans les régions de Mopti (excepté Douentza), Tombouctou et Gao. Elles sont supérieures à celles de septembre 2013 dans la majeure partie des régions de Koulikoro, Sikasso et Ségou. Quant au cumul, il est normal à excédentaire dans les régions de Kayes (excepté Nioro), Koulikoro (except é Banamba), Sikasso, Ségou (excepté Ségou, San, Tominian) et Mopti (excepté Bandiagara). Le cumul reste déficitaire dans les régions de Gao et Tombouctou.
Dans l’ensemble la pluviométrie est par rapport aux besoins des cultures suffisantes dans les régions de Kayes (excepté par endroits dans les cercles de Nioro et Yélimané), Koulikoro, Sikasso, Ségou (à l’exception du cercle de Niono et en partie l’inter fleuve de Ségou et Macina), Mopti (sauf par endroits à Youwarou, Douentza et Bankass) et insuffisante dans les régions de Tombouctou et Gao.
La situation hydrologique a été marquée par la poursuite de la montée sur tous les cours d’eau à l’exception du haut bassin du Sénégal où la décrue s’est amorcée. En fin septembre, les hauteurs d’eau sont inférieures à celle de l’année dernière et à celles d’une année moyenne. Les déficits les plus marqués par rapport à la moyenne sont de 2 m sur le Sénégal à Kayes et 1 m sur le Bani à Douna et le Niger à Koulikoro. Le niveau de la crue est inférieur à la moyenne dans les zones de riz de submersion des régions de Mopti, Tombouctou et Gao

Déprédateurs : 

La situation phytosanitaire est relativement calme. Toutes fois, on note par endroits:

  • la présence d’importantes populations d’oiseaux granivores (Quelea quelea et Gendarme de village) dans les régions de Kayes (Yélimané), Koulikoro (Guénéibé dans le cercle de Nara), Ségou (Zone ON), Mopti (Mopti, Djenné, Douentza, Tenenkou, Youwarou), Tombouctou (Diré, Goundam, Niafunké) et Gao (où des dégâts légers sont signalés sur le mil en maturation). Le service de l’OPV a conseillé aux producteurs d’appliquer les méthodes alternatives de lutte ;
  • des sauteriaux (Criquet sénégalais, Zonecerus variagatus et Complexes de savane) sur le niébé et dans les jachères dans les régions de Kayes (Kayes), Koulikoro (Nara) et Sikasso (Sikasso) ;
  • des attaques de coléoptères (Psadollyta sp, Locrus ruba et Tricuspa cerissé) sur les mil, sorgho, riz et niébé dans les régions de Kayes (Kayes, Diéma et Nioro du sahel), Koulikoro (Kolokani, Nara), Sikasso (Bougouni et Kolondiéba), Ségou (Ségou, San) et Tombouctou (Niafunké) ;
  • des attaques de chenilles (Spodoptera sp.; Nymphula sp.) sur le riz irrigué, le riz pluvial et les sorgho, niébé, arachide, aubergine et pastèque dans les régions de Sikasso (Sikasso, Bougouni, Kolondiéba), Ségou (Niono , Macina), Mopti (Mopti, Koro) et Tombouctou (Goundam) ;
  • des attaques de pucerons sur le sorgho et le niébé dans les régions de Koulikoro (Dioïla), de Sikasso (Bougouni) et Ségou (Kimparana, Moribila) ;
  • des attaques de termites sur le sorgho, le maïs, le riz pluvial, le riz de bas-fond et la patate dans les régions de Koulikoro (Dioïla) et Sikasso (Sikasso et Kolondiéba) ;
  • des attaques de thrips sur le niébé à Nara dans la région de Koulikoro.

La situation du Criquet pèlerin reste relativement calme. Aucune signalisation de présence de l’insecte n’a été enregistrée. 

Lire la suite...
 

Evaluation définitive de la situation alimentaire 2013-2014

Envoyer Imprimer

Au vu de la forte baisse des productions céréalières et maraîchères sur le Plateau Dogon, de la non exploitation des champs pour cause d’insécurité dans les communes de Dianké et LéréCarte du mois

dans la région de Tombouctou, des très mauvaises  productions rizicoles dans le cercle de Gao et des baisses de productions des cultures sèches, le groupe SAP a identifié 25 communes en DA et 155 communes en DE.

D’ores et déjà, le groupe National SAP, au vu des difficultés conjoncturelles,  recommande à l’Etat et à ses partenaires :
 
1.1. la poursuite des actions de résilience prioritairement dans les communes en difficultés alimentaires et en difficultés socioéconomique  identifiées cette année dans le cadre du renforcement des capacités d’adaptation  des populations  face aux chocs ; 
 
 
Lire la suite...
 

Evènements

Octobre 2014
D L Ma Me J V S
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1